Le stress est une des grandes causes du manque de patience des parents ou de la difficulté à faire face à l’énergie et à l’imagination débordantes des enfants. D’ailleurs vous êtes beaucoup à le dire, lorsque vous êtes plus détendus, tout se passe mieux; vous arrivez mieux à gérer les comportements des enfants, ils sont plus réceptifs et plus collaborant.  Ce qui se passe souvent, c’est que, lorsque l’on est pas ou moins stressé, on prend plus le temps d’écouter, de parler pour être compris, on est plus tolérant à l’énergie des enfants et au bruit que cela occasionne parfois, on est plus enclin à l’empathie et à la compréhension.  Bref lorsque vous êtes pas stressé vous êtes un SUPER PARENT!

Comme les grandes vacances sont là, que tout le monde a envie de se mettre en mode relax, alors que les enfants vont eux être en mode « Energie du matin au soir », voici

10 façons de diminuer votre stress le plus rapidement possible. 

  1. Faire aussi souvent que possible de profondes respirations. Les respirations profondes, en gonflant le ventre aussi (pas que les poumons), réoxigènent le cerveau et réduisent les hormones du stress dans votre corps. Faites-en aussi souvent que vous pouvez et bien sûr, lorsque la situation fait monter votre tension: les enfants crient, respirez profondément, le petit lance son jouet à travers la pièce, respirez profondément, la petite ne veut pas manger, respirez profondément. Bien sûr cela ne suffit pas à régler la situation on est bien d’accord; cela vous donne les 3 secondes qui séparent ce que vous ressentez de ce que vous allez dire; pendant ces 3 secondes vous-vous reconnectez à votre raison et vous- vous dîtes: « je peux le faire sans m’énerver ». Faire des exercices de respiration profonde à tous moments dans la journée, permet de réduire le stress de façon significative. Collez des post-it vous le rappelant un peu partout dans la maison, à votre bureau, ou encore dans la voiture et inspirez profondément à chaque fois que vous en croisez un. Ca peut même être utile en face du patron parfois.
  2. Elaguer votre emploi du temps. Une grande partie du stress et/ou du surmenage vient des horaires surchargés. Par horaires, j’entends toutes choses à faire et que vous vous imposez de faire, dans la journée. Maintenant que l’été est là, tentez, autant que possible, de supprimer de l’horaire les choses qui sont moins importantes ou qui peuvent attendre un peu afin que vous ayez moins l’impression d’être débordé tout le temps. Utilisez ce temps à être avec vos enfants, intensément présents; sans forcément faire quelque chose d’extraordinaire, juste en étant là, avec eux, à profiter de moments de connexion.  La sur-occupation du parent crée du stress et de la frustration aussi chez l’enfant, qui souvent l’exprimera par des comportements désagréables.
  3. Dormir suffisamment. Le corps et le mental, récupèrent et se restaurent durant le sommeil. Pour beaucoup de parents leur repos passe après celui des enfants, notamment quand ces derniers ne dorment pas forcément très bien non plus. Cependant il est possible de se donner les moyens de dormir plus, même si cela doit passer parfois par se coucher en même temps que les enfants. Quelques heures supplémentaires (mêmes hebdomadaires) peuvent faire toute la différence. Instaurez-vous, si vous le pouvez, une routine de coucher pour 1 ou 2 semaines : heure fixe, avant 23h00, 3 fois par semaine, faire des respirations sur une musique de relaxation avant de s’endormir. Cesser toute activité sur écran 1 heure avant de se coucher.
  4. Bouger. L’exercice physique est un excellent régénérateur et déstressant. Transpirer 20 min/ jour seulement baisserait le niveau de cortisol, responsable de notre niveau de stress. Il y plein de moyens de bouger avec les enfants, qui adoreront ces moments: danser à fond sur une musique que vous aimez, faire la course, jouer à s’attraper, jouer à être son footballeur préféré, créer un parcours du combattant dans le jardin, faire une course au sac (très cardio!) faire une ballade à vélo ou faire un parcours santé dans la fret etc. Si vous avez perdu l’habitude vous dépenser, remettez-vous dans la peau de l’enfant que vous étiez et donnez vous à fond. Vos enfants vous encourageront tant ils seront contents de ce moment de partage.
  5. Laisser de l’espace aux enfants. Bien de parents sont inquiets très rapidement au sujet des comportements de leurs enfants. Ou encore tentent de régler tout débordement de façon immédiate (pleurs, refus, opposition ou collaboration avec délai). Souvenons-nous toujours que les enfants ont un grand besoin de libre arbitre, c’est à dire de pouvoir aussi décider par eux-mêmes ou de choisir la façon dont ils vont faire les choses. Savoir garder un peu ses distances et observer avant de réagir réduit le stress. Il est important de savoir faire confiance aux capacités de l’enfant à s’auto-réguler, ou de finalement faire ce qui est attendu de lui. Au même titre que nous, ils n’ont pas besoin d’être au taquet tout le temps, et donc n’ont pas besoin de notre intervention à chaque minute.  C’est tout bénéfice pour les nerfs des parents. Je ne parle pas de laisser faire ou de laxisme, juste de laisser le temps et l’espace nécessaire à l’enfant pour réagir ou se réguler.
  6. Utiliser l’humour. Les enfants rient très facilement et très souvent. Finalement la vie est une grande place de jeu pour eux. Savoir rire avec eux (pas d’eux mais avec eux), prendre les choses avec humour le plus souvent possible, dédramatiser, est excellent pour ne pas se stresser inutilement. D’autre part, les enfants sont très réceptifs à l’humour et à la légèreté; de fait il est bien plus facile d’obtenir leur attention et leur collaboration lorsqu’ils nous sentent détendus et pas en panique, qu’ils nous voient souriant, malgré leurs colères ou leurs humeurs plus maussades.
  7. Abandonner l’idée d’être parfait. DEFINITIVEMENT! et pardonnez-vous les écarts, ou les moments où vous avez été moins en contrôle de vous-mêmes ou de la situation. Il est évident qu’il est toujours préférable d’éduquer les enfants dans un climat serein, qui les autorise à s’épanouir à leur rythme en respect de leur personnalité et sans violence d’aucune sorte. Il n’en reste pas moins que les enfants sont élevés par des être humains avec leurs propres défauts, leurs propres limites et leurs propres émotions. Comme disait cet adage: les parents parfaits n’ont pas d’enfants. Chercher à faire de son mieux et à faire toujours mieux: ça c’est PARFAIT. Demandez à vos enfants …vous êtes le meilleur parent qu’ils puissent souhaiter. Nul besoin de vous mettre de pression inutile. C’est ce que vos enfants disent qui est valable, pas ce que les autres pensent de vous…
  8. Penser à remplir régulièrement votre propre réservoir de besoins. Les enfants ont des besoins et les satisfaire est essentiel pour favoriser leur bon développement et leur bien-être; Souvenons-nous: tout comportement inapproprié découle d’un besoin non rempli. Il en va de même pour nous. Fatigue, manque de satisfaction personnelle, manque de relations sociales, manque d’intimité dans le couple, manque d’activités récréatives ou créatrices… tout autant de besoins non satisfaits qui finissent par créer un stress ou une baisse de la capacité à gérer tant vos émotions que les tâches liées à votre rôle de parent. Donc nourrissez-vous, votre corps, votre esprit et votre coeur afin d’avoir les réserves nécessaires pour être pleinement disponible pour vos enfants.
  9. Trouver du soutien et des ressources. Etre parent est le métier le plus difficile et complexe qu’il soit, parce qu’il demande un haut niveau d’adaptation à des situations très souvent imprévisibles, changeant parfois plusieurs fois par jour; c’est un métier parfois épuisant car il demande de donner de sa personne, et que parfois, les parents y laissent l’entier de leur personne. Chaque parent a besoin de soutien, de relais, de partage, d’encouragement, parfois d’idées nouvelles et surtout de moments de déconnexion. Tout le monde n’a pas une famille tout près ou toute dévouée à partager cette grande tâche. Cependant il est important de prendre le temps de trouver des solutions de soutien: parfois juste de parler à la place de jeu, à la plage, là où on est avec d’autres parents (seuls), en échangeant sur les forums, en parlant avec les amis. Les livres, les conférences ou les émissions sont souvent de très bonnes ressources. Dans les cas vraiment difficiles faire appel à un coach ou une aide professionnelle quelconque, peut changer beaucoup de choses avec peu. Quoiqu’il en soit, il est important de tout faire pour ne pas s’isoler, même si les conditions ne paraissent pas des plus favorables pour vous: parents célibataires, éloignés de leur famille ou en conflit avec l’autre parent, ou encore géographiquement éloignés des lieux fréquentés, économiquement en difficultés ou pas en très bonne santé. Tout autant de situations dans lesquelles élever les enfants semble encore plus difficile et paradoxalement situations dans lesquelles, bien des parents n’osent pas demander de soutien.
  10. Cultiver l’optimisme et la reconnaissance. Cela paraît vite dit et pourtant, les recherches le démontrent, avoir des pratiques d’optimisme et de reconnaissance baisse le niveau de stress et augmente la sensation de bonheur. A chaque fois que vous vous sentez stressé ou plus négatif, prenez un instant pour penser à quelque chose pour lequel vous êtes vraiment reconnaissants ( on en trouve toujours quelques-unes et très rapidement). Si une chose ne suffit pas alors penser à d’autres encore jusqu’à ce que votre être se sente plus positif, comme rassuré. Lorsque vos enfants font des choses qui vous démoralisent ou vous exaspèrent, prenez 3 secondes pour vous souvenir quels sont les progrès qu’il, elle a fait dernièrement et pensez: cela aussi, va aller bientôt mieux. Et souvenons-nous que même si par moment, cela paraît interminable, cette période de l’enfance est très vite passée.

EN RESUME pour passer un été agréable avec les enfants: 

Réduire un maximum les sources de stress

Remplir son propre réservoir de besoins pour être satisfaits et avoir assez de réserve émotionnelle

Refréner ses réactions en respirant profondément et ainsi réaliser quand on glisse en mode surchauffe avant de se mettre à crier ou tout autre attitude qui ne va que aggraver la situation.

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MHM