Léo a 5 ans. Fils unique, sa maman l’élève seule. Passionné par les livres et les histoires de chasse au trésor Léo adore que sa maman passe du temps avec lui pour répondre à ses questions sur les images des livres car il ne sait pas encore lire. 

Léo est un très gentil garçon. Le problème c’est que chaque fois que sa maman lui demande quelque chose il commence par dire non. 

Très souvent ce non se transforme en une virulente opposition, qui peut se terminer en véritable crise entre la Maman et le petit garçon. 

Après la crise Léo redevient tout calme et accepte finalement de faire ce que sa Maman lui a demandé. Le problème se pose notamment au moment de partir à l’école, ou au moment de se rendre à table, ou encore d’aller au lit ou de ranger ses jouets. La maman est douce et fait de son mieux pour garder son calme; cependant la systématique du refus de son fils, la fait craindre toute demande, et épuise ses réserves de patience. 

Elle fait appel à moi dans ces circonstances. 

Que se passe-t-il pour Léo?

J’ai pu observer que Léo est un enfant rêveur; il aime jouer tout seul, il est dans son monde. Il peut être très collaborant, mais à tout moment il semble comme surpris par une demande ou une remarque; il s’arrête alors, regarde avec de grands yeux son interlocuteur. Si à ce moment précis, la demande est reformulée, Léo va dire non et se replonger dans ce qu’il fait. C’est à ce moment que la Maman vit cela comme un affront, comme une résistance, une provocation. Si elle insiste alors Léo entre dans une colère dont il a seul le secret.

Tout montre que ce petit garçon a un esprit qui travaille beaucoup; il pense beaucoup, son imagination l’emmène dans des mondes à mille lieues des préoccupations de sa Maman ou de toute personne autour de lui. Ce décalage entre son monde et une quelconque contrainte est tel que Léo n’arrive pas à gérer les aller-retours.

Ce petit garçon a besoin de temps, pour réaliser les demandes de sa Maman; il a besoin de comprendre les raisons de ses demandes pour s’y adapter.

Ses colères et son refus d’obéir sont l’expression de son incompréhension, de sa frustration à ne pas pouvoir continuer ce qu’il fait et surtout de devoir sortir de son monde brutalement. Cela crée une émotion qu’il n’arrive pas à gérer. Comme sa maman insiste et s’énerve, il s’énerve à son tour de ne pas pouvoir lui dire ce qu’il ressent. 


Enfant refusant d'écouter

Comment (ré)agir en 9 points:

1.Garder à l’esprit que les enfants réagissent en fonction de notre niveau de « connexion » avec eux.

Donc si l’enfant n‘écoute pas, commencez par vous connecter à elle, à lui.

Comment? En les prenant là où ils sont et en nommant ce qu’il se passe:

Dans le cas de Léo: 

Ca a l’air génial ton jeu et tes personnages ont l’air de bien s’amuser avec toi. Ils savent que ça va être l’heure pour toi d’aller à l’école? C’est pas tout de suite, mais pour pas qu’ils soient tristes de te laisser partir, c’est bien si tu les avertis que tu vas devoir partir pour aller en classe. Je reviens dans un petit moment pour te chercher ; à ce moment là il faudra venir te préparer. ok?

S’il ne répond pas, rester jusqu’à ce qu’il ait acquiescé. Tu as entendu? Oui. Ok A tout de suite. 

2. Les enfants acceptent de nous suivre, ou obéir lorsqu’ils peuvent se référer à une routine.

Avoir des routines c’est la vie. Quoiqu’on fasse on finit par en avoir. Pour les enfants les routines sont utiles à les structurer mentalement, à leur apprendre la notion du temps qui passe.

Léo tu sais que après le déjeuner, tu te brosses les dents ensuite tu peux jouer un moment et ensuite Maman t’accompagne à l’école. 

Le soir : Léo tu sais que avant le dîner on range les jouets, tu te laves les mains puis on mange.

Les enfants n’aiment pas toujours ses petites règles, cependant accompagnés avec patience, ils finissent par les intégrer et ainsi elles deviennent des routines, comme nous avons les nôtres, que nous nous sommes créés en fonction de notre style de vie et de nos besoins.

3. Les enfants acceptent nos demandes lorsqu’ils sentent notre détermination. 

Sans être agressif ou menaçant, l’enfant doit sentir dans notre attitude que refuser de faire ce que nous leur demandons n’est pas une option.

Le problème ici est que la Maman de Léo a déjà peur qu’il n’obéisse pas avant qu’il n’ait eu le temps de réagir. De fait son attitude est telle que Léo n’est pas interpellé par la détermination de sa Maman qui soit recule devant son opposition, soit devient contraignante et menaçante.

Le plus vous êtes au clair avec ce que vous voulez, le mieux vous serez convaincu et convainquant. D’autre part, il est important d’être prêt à ce que l’enfant dise non sans crainte de devoir rester ferme. Article relatif

Le parent est l’image d’autorité et les enfants le savent et l’apprécient. Dire non fait partie du jeu relationnel, c’est au parent, donc à vous de donner la direction.

4. L’enfant répond positivement à notre demande lorsqu’il ressent derrière son PUISSANT NON notre GRAND OUI!

Oui tu vas ranger tes jouets.

Oui tu vas devoir arrêter de jouer

Oui tu vas aller te préparer pour aller à l’école

Oui tu vas aller te laver les mains et passer à table.

Léo la réponse ce n’est pas NON la réponse c’est OUI.

5. L’enfant collabore avec plaisir lorsqu’il sent que nous sommes concernés par lui et son bien-être.

Je désire que tu te prépares maintenant car je ne souhaite pas que tu arrives en retard à l’école et que cela te crée des soucis avec la maîtresse.

  • On range les jouets car ainsi nous avons plus de place pour faire le jeu avant d’aller au lit.
  • Ok on range tout sauf ta tour de lego (qu’il vient de construire) comme cela tu pourras y jouer demain encore
  • On range maintenant car j’aimerais prendre du temps après pour te lire une histoire avant d’aller au lit.

Au lieu de : « tout le temps que tu perds maintenant tu ne l’auras pas pour l’histoire »: propos menaçant et inutile dans la mesure où l’enfant ne fait aucun rapport entre le temps qu’il passe à ranger et le temps utilisé pour la lecture. Il ne fait de manière générale aucun rapport de temps; parfois c’est long, parfois c’est court, c’est tout ce qu’il comprend à cet âge. Et encore cette sensation, comme pour nous est fonction de ce qu’il, elle fait.

6. L’enfant accède plus facilement à nos demandes si elles sont adaptées à leur personnalité et à leur âge. 

Léo est un petit garçon très “indépendant” dans sa façon de penser. Il aime faire par lui-même, il n’aime pas être dirigé de façon brutale ou pressante.

Alors que d’autres enfants ont besoin qu’on leur dise chaque détail et qu’on soit derrière eux, d’autres comme Léo ont besoin d’une marge de manoeuvre qu’ils gèrent eux-mêmes. C’est très tôt qu’ils démontrent cette aptitude et ce trait de caractère.

La maman de Léo doit apprendre donc très tôt à stimuler son fils rêveur, tout en lui laissant la marge de manoeuvre dont il a besoin:

Léo je sais que c’est difficile pour toi de sortir de ton jeu car tu aimerais bien que ça s’arrête jamais. Tu sais que c’est bientôt le moment de passer à table. Je ne te presse pas, cependant je souhaiterais que tu commences à ranger ok?

La maman doit prévoir min 20 minutes entre ce moment et le moment où tout est fait, aller après 5-6 minutes pour voir discrètement où il en est. N’intervenir que s’il n’a pas commencé.

Pour le départ à l’école le système du sablier fonctionne assez bien en général.

Léo mon chéri (près de lui pas depuis l’autre bout de l’appartement! ) je viens te signaler que ça va être l’heure d’arrêter de jouer pour te préparer pour l’école.

Non!

Oui je sais t’as pas envie et OUI c’est l’heure. Mais ce n’est pas tout de suite; je viens juste te prévenir Quand je reviens on met le compte à rebours et alors tu sauras que tu as le temps du sablier pour te prépare ok?

A ce genre de personnalité il est important de savoir accorder la confiance qu’ils vont faire ce qu’ils ont à faire.

Léo viens stpl ramasser  les chaussures que tu as laissées au milieu du couloir.

Non pas maintenant.

Ok pas maintenant mais j’aimerais que tu le fasses.

Ok mais après.

Ok. Je sais que tu le feras.

Et lâcher-prise. Si ce n’est pas fait plus tard rappelez-lui qu’il vous a dit ok et qu’il le ferait et que vous lui avez accordé du temps. Il le fera par respect de son engagement et parce qu’il comprend bien que vous avez raison.

7. L’enfant collabore plus facilement lorsqu’on collabore nous-mêmes- 

Ok Léo, je vois que c’est vraiment difficile pour toi de ranger tous ces jouets. Je vais t’aider. Moi je range les jouets côté fenêtre, toi côté porte.

Ou sous forme de jeu: toi tu ranges les jouets avec des roues moi je range les autres. Ou encore: les legos c’est dans quelle caisse? Maintenant c’est au tour des petites voitures. Montre-moi.

Encouragez-les dans le même temps:

Je vois que tu es très organisé et que tu sais exactement où chaque jouet a sa place. Je suis fière de toi et très heureuse de voir comme tu grandis.

Lorsque tout est rangé: c’est tout fini?

Il va regarder lui-même et considérer le travail fait!

Top là! Super on peut maintenant aller manger.

8. L’enfant réagit positivement à l’humour et à notre bonne humeur.

Léo est venu à table avec un de ses jouets qu’il ne pouvait pas laisser.

Oh le coquin de tracks! Il est drôle ton tracks hein? Il aime pas te laisser partir. Je crois qu’il a besoin de ton aide pour vite filer avec les autres dans le garage à voiture. Va vite l’accompagner, je t’attends.

Puis faire comme si…. rhoo…des fois les jouets faut leur dire plusieurs fois pour les aider hein?

L’enfant comprend très bien que vous faites allusion à lui … Mais comme cela n’a plus l’air d’un drame pour vous, cela ne l’est plus pour lui non plus.

9. En conclusion: gardez toujours à l’esprit: vous êtes le parent et à ce titre vous êtes en droit d’avoir certaines exigences envers eux. Vous êtes responsables de le faire afin de lui apprendre les choses à faire et comment devenir autonome.

Nos petits « êtres humains en construction » ont besoin de notre présence intense et patiente pour se construire harmonieusement et solidement.

En tant que parents, nous sommes responsables de notre état émotionnel ET de celui de nos enfants. Cela veut dire que nous devons prendre soin des deux!

Si notre état émotionnel n’est pas approprié pour faire face momentanément à l’état émotionnel de l’enfant il est préférable de faire un pas arrière, respirer et recommencer. Plutôt que de sur-réagir à l’état de notre enfant en pensant que c’est lui qui met le nôtre à mal.

 

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

N’oubliez pas de laisser vos commentaires.

MHM