12 façons de baisser le stress & l'anxiété de séparation liés à l'école

12 façons de baisser le stress & l'anxiété de séparation liés à l'école

Les vacances sont définitivement terminées

C’est bien réel. L’école a repris.

Avec elle les, les horaires, les matinées (parfois dans le stress), les journées au pas de charge, l’accueil de jour, les activités extras scolaires etc.

Si pour nous adultes, ce rythme de vie est normal et « obligé », pour les petits, il représente un réel challenge surtout après la longue période des vacances d’été.

Ainsi, beaucoup de nos petits manifestent des signes d’anxiété traduits de différentes façons: irritabilité, opposition, difficulté à s’endormir, difficultés à se réveiller, humeur maussade, pleurs réguliers, appétit irrégulier, plaintes somatiques (maux de ventre principalement). 

L’anxiété scolaire est malheureusement un mal vécu par de très nombreux enfants; liée principalement aux exigences scolaires, au climat scolaire, à la violence ambiante des espaces scolaires, elle est également liée à tout ce qui entoure l’école et ses routines: les horaires, les changements, le stress des parents, et bien sûr et avant tout, liée à l’expérience de la séparation, surtout chez les tous petits.

Dans cet article nous allons nous centrer sur les tous petits, ceux qui expérimentent pour la première fois ou peut-être pour la seconde année, la rentrée scolaire.

Bien que cela fasse déjà plus de 10 jours que la rentrée a eu lieu, votre petit, petite manifeste tous les jours des moments d’angoisse au moment de partir à l’école, de la difficulté à sortir du lit ou à se préparer ou encore de grosses crises de larmes ou d’opposition après l’école.

Voici quelques pistes pour éliminer le stress et l’angoisse liés à l’école et aider parents et enfants à vivre la routine de l’école avec calme et plaisir.

Situons tout d’abord le contexte: 

L’école maternelle ou l’accueil de jour, représentent la première grande étape de développement social dans la vie d’un enfant: si certains s’y adaptent presque sans effort et sans crainte, pour d’autres cela est beaucoup plus délicat.

Cela dépend de la personnalité de l’enfant, de son développement émotionnel, et aussi de sa place dans une fratrie (être le premier à faire cette expérience n’est pas la même chose qu’être le cadet motivé pas les autres, ou avec une expérience sociale différente).

Cela dépend aussi en grande partie du degré de « co-dépendance » à la présence parentale.

Partir à l’école ou à la crèche signifie se séparer de Maman ou Papa ET se connecter et composer avec d’autres personnes, d’autres adultes et d’autres enfants. 

Accepter la réalité scolaire c’est accepter 

  • de partager l’attention qui leur est accordée, encore bien plus que lors de l’arrivée de l’éventuel petit frère ou petite soeur,
  • de s’adapter à un ensemble de règles, de rythmes ou encore d’activités,
  • de trouver de nouveaux repères spatiaux dans des espaces inconnus qui, rappelons-nous, sont gigantesques pour les petits.

L’ensemble des efforts d’adaptation qu’ils ont à faire d’un coup d’un seul peut parfois totalement en submerger émotionnellement certains. 

Il n’y a pas de recette miracle. L’important est de bien connaître les zones de vulnérabilités de son enfant, et d’agir en conséquence, de prendre toutes les mesures nécessaires pour baisser au maximum le niveau de stress émotionnel et pour ce qu’il en reste, donner les moyens de le gérer petit à petit, par eux-mêmes.

Quoiqu’il en soit il est important de donner du temps, de faire preuve de patience et de favoriser un maximum les apprentissages. 

Surtout, ne rien attendre de son enfant. JAMAIS.

C’est dès que ces attentes se pressent à votre esprit que vous perdez patience ou courage. 

Prendre chaque jour pour ce qu’il est, et croire fermement que, le jour où cela ira mieux, arrivera.

Voyons en 12 points ce qui peut aider à baisser l’anxiété de séparation 

  1. Créer un objet que votre enfant pourra prendre avec à l’école ou à l’accueil de jour.

Cela peut-être un petit bracelet ou un morceau de tissu avec votre parfum, ou n’importe quoi que vous choisissez et que vous savez qu’il, elle pourra avoir sur lui durant la journée sans que cela ne dérange. Personnellement j’aime l’idée que cet objet soit fabriqué à la main plutôt que acheté, cela ajoute de la valeur sentimentale, une valeur d’attention supplémentaire dont votre enfant vous sera très très reconnaissant. J’encourage vivement les Papas à le faire aussi, d’autant si c’est Papa qui emmène à la crèche ou au jardin d’enfant le matin.

2. Créer des tendres rituels de départ.

Je dis des, je pense un et le maintenir. Il est très important de garder à l’esprit que le départ à l’école ou à l’accueil de jour est un moment de transition mais surtout un moment de séparation, ce qui veut dire de déconnection. Les premières années, ces déconnections peuvent être douloureuses et difficiles à gérer pour les enfants (et pour les parents aussi). Le rituel est un excellent moyen pour l’enfant d’aborder jour après jour la séparation. Le rituel ne rend pas la séparation moins douloureuse, il est un support pour l’accepter et la traverser.

  1. Créer un rituel de reconnection si le moment de partir de l’accueil de jour est difficile.

Bien des parents se confrontent à des comportements “inattendus” lorsqu’ils vont chercher leurs petits à la fin de la journée: pleurs, refus d’aller dans le siège auto, crise d’opposition une fois à la maison. C’est que le moment des retrouvailles, est aussi un moment de transition et de « séparation – re-connection » pour l’enfant: se séparer de l’Assistante maternelle, des autres enfants etc..n’est pas toujours aisé pour eux. Le moment de reconnection avec Papa et Maman est également un chamboulement émotionnel qu’ils ont parfois de la peine à gérer. Ce qui nous semble facile et “normal” ne l’est absolument pas pour les tous petits qui ont besoin de plus de temps et de soutien pour gérer et aligner toutes ces émotions qui surgissent en même temps.

Le rituel peut être d’apporter un doudou qui ne va pas à la crèche et qui se réjouit de le retrouver

un moment câlin avant de dire au revoir, patienter 5-10 min avant de partir jusqu’à ce que l’enfant se soit aligné avec l’idée qu’il va partir, apporter son goûter préféré, mettre sa chanson préférée dans la voiture.

L’important est que vous soyez intensément avec lui, elle à ce moment, même si vous êtes serrés avec l’horaire (éviter les embouteillages, chercher un autre enfant, rentrer faire le repas etc)

Le plus vous mettez la priorité sur ces rituels de transitions dès le début de l’année scolaire, le plus rapidement votre petit intégrera et gérera ces moments par lui-même.

Pour ceux qui ont de bons souvenirs tentez de vous rappeler ces moments dont on se souvient toute sa vie: « je me rappelle, après l’école on allait toujours au parc et Papa me poussait sur la balançoire super haut, j’adorais cela. Je vois encore l’endroit« . Les enfants arrivent à se réjouir tous les jours pour la même petite chose, même si pour nous c’est plutôt lassant. Créer des ancrages positifs peut aider la vie durant

4. Etre consistent et constant.

Dès que vous avez trouvé le rituel qui convient à votre enfant, qui le rassure, qui l’aide à dépasser ses angoisses de séparation, répétez les tous les jours, quoiqu’il arrive, même si vous êtes vous-même stressé(e), si vous trouvez que cela prend du temps ou encore si vous pensez que votre enfant devrait se sentir mieux après 15 jours. Votre enfant vous signalera par lui-même s’il ne nécessite plus ce rituel, soit en vous le disant, soit en changeant quelque chose qui vous fait comprendre qu’il, elle se sent suffisamment en confiance pour par exemple: ne plus prendre l’objet d’attache avec elle, ne souhaite plus que Doudou vienne le chercher à l’école avec vous, etc…

5. Dire au revoir. 

Il est tentant parfois de vouloir s’éclipser pensant ainsi lui (ou nous) éviter le difficile moment de se séparer.

Il est largement et toujours préférable de pleurer et d’avoir mal en disant au revoir que de pleurer et d’avoir mal en découvrant que Maman ou Papa sont partis sans rien dire pendant qu’il, elle avait le dos tourné.

Le sentiment d’abandon dans ce cas est profond et peut créer des angoisses de séparation bien plus importantes et parfois ancrées à vie. (si le stress émotionnel est trop intense et crée une empreinte, un ancrage négatif).

6. Demander à votre enfant de vous faire visiter ses lieux même si vous les connaissez.

« Montre moi où tu étais aujourd’hui et ce que tu as fait« . Vous émerveiller de ces espaces et de ses accomplissements. “c’est vraiment un bel endroit ici. J’aime savoir que tu es là car c’est très joli. Qu’est-ce que tu as préféré faire aujourd’hui? Ton bricolage est plein de couleurs! Tu aimes le bleu . »

7. Parler du déroulement de la journée avec l’enseignant(e) ou les assistantes maternelles avec l’enfant.

Parler avec lui, elle et non de lui, d’elle, en s’adressant à l’enfant: “ as-tu passé une bonne journée aujourd’hui? Moi je t’ai trouvé très joyeux, je t’ai vu jouer avec tes camarades et il m’a semblé que tu as pris du plaisir au bricolage. C’est juste?” Ce matin tu as été triste pendant un moment mais ensuite nous avons chanté la chanson et tu étais moins triste. etc

Cela donne à l’enfant le sentiment d’avoir été important et unique malgré le groupe (l’assistante maternelle me voit et m’entend) et lui donne la possibilité de s’exprimer à son tour; il, elle dira dire des choses qui vont peut-être surprendre et en tous les cas aider parents et accompagnants à comprendre leurs besoins et leurs vécus.

8. Donner une petite photo de vous dans leur poche.

« Je ne suis pas dans la classe avec toi parce que la classe c’est pour les enfants, alors je viens dans ta poche et chaque fois que je te manque tu n’as qu’a mettre la main sur ta poche ça te rappelle que je suis là, tout près de toi. Tu peux même regarder la photo et dire: coucou Maman à bientôt. »

9. Jouer à « comme si » j’étais à l’école. Faire des jeux de rôles.

J’ai lu ce petit truc sur un blog d’une enseignante américaine et j’ai trouvé cela vraiment intéressant. Le jeu de rôle permet de se projeter dans une situation et de la jouer comme on voudrait qu’elle soit, ou comme on la vit vraiment. Faire ce jeu avec vos petits peut révéler bien des petits détails qui vous aideront à mieux l’accompagner. Jouer à la classe en le laissant être l’enseignant(e) et vous l’enfant (le vôtre) en vous imaginant comment il, elle se comporte en classe. Faire le même jeu avec l’accueil de jour.

Vous pouvez aussi jouer à « on part à l’école » avec les routines et rituels, pour l’aider à les intégrer. Ces jeux de rôles peuvent être faits à n’importe quel moment, notamment avant la rentrée après une période de vacances, ou lorsque l’enfant change de comportement et manifeste un soudain refus ou plus d’anxiété. Vous pouvez faire les personnages, ou demander aux peluches de faire les élèves et lui l’adulte. L’important est de faire ce jeu quand vous avez vraiment le temps de vous concentrer avec lui et de prendre le temps qu’il faut

10. S’assurer que ses besoins fondamentaux soient remplis.

En sommeil, alimentation, attention, temps de jeux, temps au grand air, temps de câlins et d’intense connection. Les discussions autour du sommeil sont nombreuses et je ne désire pas ouvrir un débat ici. Cependant ma position reste jusqu’ici la même: les enfants ont besoin de repos, de sommeil réparateur qui s’acquiert le mieux dès les premiers signes de fatigue (parfois contradictoires avec le comportement).  Les routines restent le moyen le plus efficace d’habituer un enfant à se coucher à des heures qui lui laissent suffisamment de temps pour se reposer.

11. Organiser votre matin de telle sorte qu’il y ait le moins de stress possible.

Il est souvent difficile de se préparer le matin, car vous êtes tenus par votre propre horaire, peut-être que vous manquez vous même de sommeil ou que votre esprit est déjà plein des soucis et challenges  professionnels que vous allez devoir relever tout au long de la journée. Pour éviter les stress, instaurez des routines aussi pour vous: heure de lever fixe (avant les enfants), préparation des goûters etc, décider des habits à mettre le soir avant, etc. Pensez toujours comme si vous étiez un enfant: joie, sourire, rythme lent, la journée pour lui, elle n’a aucune structure temporelle donc il, elle ne se projette pas, il est dans l’instant présent. Si l’instant présent ressemble à un marathon avec des : dépêche-toi, viens ici, bois ton lait, habille-toi, dépêche-toi, brosse toi les dents, pas comme ça, dépêche-toi, on est en retard, je vais être en retard etc…. le seul désir de votre enfant sera de quitter ce moment présent: il va s’opposer, ralentir, pleurer, traîner, refuser. (Article relatif)

12. Dans les cas vraiment difficiles, impliquer l’enseignante ou l’assistance maternelle.

Parler et voir ensemble, comment aider l’enfant à traverser cette période un peu compliquée pour qu’il se sente compris, entendu dans ses craintes et soutenu dans les efforts consentis. Ces efforts d’adaptations sont parfois comme des montagnes à gravir pour eux.

Ca fait peur, c’est difficile émotionnellement et physiquement cependant c’est plein de belles choses à découvrir et de belles personnes à rencontrer.

Parents et accompagnants (enseignants, assistantes maternelles) peuvent être ensemble des guides très efficaces pour accompagner l’enfant sur ce chemin.

 

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MHM

Comment aimer inconditionnellement ses enfants, sans peur, sans culpabilité

L’ultime leçon que nous devons tous apprendre est l’amour inconditionnel, ce qui inclut non seulement les autres aussi  nous-mêmes. E. Kubler-Ross.

aimerenfant

J’ai choisi cette citation pour aujourd’hui car, je trouve intéressant et très important de noter que l’Amour inconditionnel s’apprend et surtout qu’il commence par soi-même.

Il est attendu de tout parent d’aimer inconditionnellement ses enfants. Et pourtant combien d’entre nous, s’en sentent vraiment capables?

Combien d’entre-nous se sent réellement aimé inconditionnellement ?

Peut-on réellement donner ce que l’on a pas reçu?

J’ai entendu beaucoup de parents me dirent: j’essaye mais je dois dire franchement que c’est difficile. 

« J’aime tellement ce petit et je sais je ne devrais pas penser cela mais des fois… je le déteste. »   (suite…)

Pourquoi& Comment éviter les NON! STOP! FAIS PAS! 22 phrases constructives et bienveillantes

Accompagnant une de mes cliente et ses enfants dans une activité récréative, j’écoutais d’une oreille d’autres parents parler à leurs enfants. Bien que ce ne soit pas la première fois que j’entende cela, j’ai été surprise de la façon dont beaucoup s’adressent aux enfants: « viens ici, fais pas-ci, fais pas-ça, arrête, bouge pas, lève-toi, prends pas-ça, non pas maintenant, arrête ça! »

Souffle moi des mots doux et légers

Souffle moi des mots doux et légers

En toute bonne foi et même sans crier. Mais pourquoi utilisons-nous si souvent des phrases d’injonction pour parler à nos enfants.

C’est comme si la longueur des phrases dépendait de la hauteur de la personne. Plus on est petit, plus les phrases qui nous sont adressées sont courtes.

A qui d’entre nous, viendrait l’idée de parler comme cela à son collègue par exemple, ou à un ami? (suite…)

Tabs, Smartphones, Jeux vidéos, comment gérer, comment limiter

Tabs, Smartphones, Jeux vidéos, comment gérer, comment limiter

Sous beaucoup de sapins, le Père Noël a déposé un écran ou 2 ou 3…

Si la surprise (ou pas) a certainement été largement appréciée, il se pourrait que pour plusieurs d’entre vous, les questions et les tensions soient apparues durant les jours suivants.

L’école a repris, le trimestre d’hivers est long, les enfants vont moins jouer dehors et vous vous demandez peut-être comment réduire le temps que votre enfant passe avec son écran.

Si la question n’est pas tout à fait encore un problème pour les plus jeunes, elles se posent sérieusement pour les 10-13 ans et devient carrément un problème digne des grandes négociations internationales avec les adolescents.

excèsecrans

Pour la génération qui a grandi sans technologie, et je posais cette question au repas du Réveillon:

« Je me demande quel objet nous tenait tellement à coeur qu’on aurait hurlé comme si on nous arrachait un bras et la tête en même temps, lorsqu’on nous le confisquait ». Alors que les adultes ont ri et apprécié de replonger dans les souvenirs, les adolescents présents, ont alors levé les yeux de leur écran, (ce qui me prouve que la question était hautement appropriée et intéressante!)  pour nous lancer un… »mais c’est quoi votre problème avec la technologie! Si vous trouvez cela si inquiétant, pourquoi vous y êtes autant accros que cela! « 

Et voilà la question et sa réponse dans la même phrase.

L’ambivalence est bien présente et c’est bien cela qui rend cette question le plus souvent épineuse. (suite…)