Etre le réflecteur

Nous possédons tous notre part de lumière et notre part d’ombre, notre potentiellement bon et notre potentiellement moins bon. Malheureusement, beaucoup n’ont pas réalisé ou que trop peu, leur bon potentiel parce que personne ne leur a révélé leur part de lumière lorsqu’ils en auraient eu besoin.

Ils n’ont pas eu la chance de rencontrer leur réflecteur. 

Un ami est quelqu’un qui connaît le chant de ton coeur et te le chante lorsque tu en as momentanément oublié les paroles.

Auteur tibétain 

J’ai trouvé cette parole sublime; en y réfléchissant j’ai pensé qu’elle s’appliquait merveilleusement bien à l’éducation, tout particulièrement aux parents.

Qui d’entre vous a pu rencontrer cette personne qui a su, dans un de vos moments sombres, où rien ne vous semblait positif, ou possible,  voir la lumière en vous, le meilleur de vous et vous le refléter, vous sauvant ainsi d’une déprime encore plus profonde? Qui a eu la chance d’avoir à ses côtés, cette personne  qui vous a aidé à voir votre propre beauté et rallumer votre lumière intérieure, quoique vous ayez fait ou dit?

Personnellement j’ai eu cette chance là, et plus d’une fois, car l’ombre m’a envahie bien des fois avant que je puisse ressentir le bien-fait et l’utilité d’avoir ma lumière intérieure toujours allumée, pour éclairer mon propre chemin de vie.

Nous avons tous besoin d’une telle personne- quelqu’un qui nous reflète ce que nous sommes de bon et de bien afin que  nous puissions le voir à notre tour.

Chaque parent peut et se doit, d’être cette personne pour ses enfants; un réflecteur; un réflecteur de lumière; LE réflecteur de la lumière intérieure de son enfant, de ses enfants.

Il est important et inestimable pour eux, que nous puissions toujours savoir voir leur lumière intérieure, leurs forces, leurs compétences, l’infiniment bon qui les habite, et le leur montrer, chaque jour et particulièrement lorsqu’ils traversent des moments plus sombres, ou qu’ils ont des comportements moins brillants.

Chaque fois que nous leur montrons leur propre lumière, ils sont capables de trouver leur propre chemin. Rachel Macy Stafford, auteure américaine à succès, auteure du blog « Hands Free Mama », parle magnifiquement bien de cela en disant : « gardons des mains protectrices autour de leur lumière intérieure »

Pourquoi cette phrase a retenu toute mon attention?

Parce que souvent, malgré toute notre bonne volonté, nous restons souvent fixés sur les points négatifs.

Nous sommes très souvent focalisés sur ce que nous souhaiterions voir changer dans l’attitude de nos enfants plutôt que sur ce que nous souhaiterions voir grandir en eux.

C’est un état d’esprit, c’est comme cela que nous sommes éduqués à considérer le monde.

Se focaliser sur les aspects positifs de la nature de l’enfant, c’est décider de regarder les choses sous un autre angle, au travers d’une autre focale;  

c’est croire que, en cultivant les aspects positifs de notre personnalité, nous sommes automatiquement amenés à abandonner les aspects plus négatifs de notre personnalité. 

En pratique cela signifie “simplement” de changer la façon d’interpeller l’enfant sur ses comportements:

Exemples 

 » j’en ai marre de ton attitude ce soir; tu n’as pas arrêté de râler depuis que tu es rentré de l’école » reflet de l’attitude négative.

« tu es d’habitude drôle et positif; quelque chose a dû vraiment te frustrer cet après-midi à l’école; tu veux m’en parler? Je peux faire quelque chose pour toi? » reflet d’une attitude positive.

« je ne peux pas croire que tu aies pareillement dégringolé tes notes en math ce trimestre; t’as certainement pas été appliqué! » reflet d’un résultat et comportement négatifs

« tu t’es prouvé plus d’une fois que tu es capable d’être un élève appliqué qui obtient de bons résultats; je suis un peu surpris de ce carnet; tu peux me l’expliquer? » Reflet d’une attitude ou aptitude positive.

Cette pratique est difficile j’en conviens;

elle demande une volonté parentale de mettre de côté la frustration engendrée par le comportement et se concentrer sur l’efficacité des propos tenus à l’enfant.

Autrement dit: « ok ça m’énerve, je suis déçu(e) de la situation cependant: qu’est-ce que je pourrais dire pour qu’il, elle soit motivé à modifier le comportement ». Autrement dit encore: « comment pourrais-je mobiliser ses points forts pour qu’il, elle dépasse son moment difficile ». 

Pensons toujours à nous-mêmes pour mieux ressentir cela:

Exemple

Vous êtes en retard sur la rédaction des rapports semestriels au travail, ou vous avez oublié une commande importante; à juste titre votre patron réagit.

« j’ai vu que vous n’avez pas encore fini ces rapports. Vous faites quoi?  faudrait voir pour vous accélérer un peu parce qu’on ne peut pas se permettre de faire attendre le client. » Reflet négatif

“d’habitude vous qui êtes si ponctuel avec les délais et précis dans votre travail, je suis surpris que votre retard; est-ce que tout va bien? Dites-moi si vous avez besoin de quelque chose, car nous avons besoin de les avoir aujourd’hui encore ». Reflet positif

Si l’impact des mots est important sur vous, imaginez ce que cela peut être sur le mental de votre enfant.

Le but ici est de mettre le focus, la lumière sur leurs compétences, leur points positifs, les points forts de leur personnalité, même lorsque les comportements négatifs momentanés sont les plus évidents

C’est comme chasser un nuage qui serait devant le soleil; en faisant cela, vous les aidez à les ramener à ce qu’ils sont de bons, à en garder la conscience et la confiance. Cela ne change en rien votre frustration du moment; cela change en tout, le résultat sur le comportement immédiat de votre enfant, qui va pouvoir ajuster son comportement plutôt que réagir encore plus fort; et

sur le long terme, cela forge en lui la conviction que même quand il, elle n’est pas au top, au fond de lui, il, elle possède les qualités nécessaires pour sortir d’un mauvais moment ou corriger une erreur. 

En continuant inconditionnellement de croire en leur compétences et leur beauté intérieure (quoiqu’ils fassent), les parents aident les enfants à croire en eux, en leurs compétences, en leur bonté et beauté intérieures.

Certains me diront: « et comment vont-ils faire  lorsqu’ils seront face à la réalité du monde du travail? ou dans leur vie d’adulte? le monde ne les prend pas par la main ou les sentiments pour les guider ».

Vrai! Cependant,

en étant des réflecteurs de leurs points positifs, nous les entraînons à les percevoir et à les développer. Lorsqu’ils seront alors confrontés à un patron un peu rude, ils sauront se rappeler: « il a raison, j’ai pas été terrible sur ce coup là, mais je sais que sais faire mieux; c’est ce que Papa me répétait sans cesse »: toi qui cherches en principe à faire de ton mieux, …. toi qui d’habitude es un joueur fairplay… je sais comme tu aimes donner satisfaction…. toi qui es si souriant… toi qui est si compatissant etc etc…

Cette façon de recadrer par la positive, peut être utilisé pour beaucoup de traits de caractère jugés négatifs. 

Ainsi un enfant têtu peut être vu comme un enfant déterminé. Un enfant qui aurait tendance à diriger les autres, peut être vu comme un leader. Un enfant hyper sensible peut être perçu comme possédant une grande force intérieure.

“je t’ai observé à l’entraînement; tu sais comment faire courir ton équipe. T’es un vrai leader. Tu es sûr qu’ils ont toujours envie de faire ce que tu dis? un bon leader s’assure toujours que tout le monde est partant avec les idées proposées tu sais ».  au lieu de, “t’as de nouveau commandé tout le monde dans l’équipe! Faut écouter aussi un peu, pas seulement faire le chef ».

“je suis impressionnée de voir comme tu es déterminé à faire les choses de cette manière; si tu veux mon aide, je te montrerai comment moi je ferais”  au lieu de,  “qu’est- ce que tu peux être borné; va, fais ce que tu veux, tu ne viendras pas te plaindre si ça marche pas”.

“tu es très doué pour ressentir ce qui se passe je sais; peux-tu me dire ce que tu ressens?; que pourrait-on faire pour que tu puisses quand même garder ta joie (un enfant qui serait facilement blessé ou touché par son environnement) au lieu de, “mais pourquoi tu pleures? tu ne vas pas pleurer pour cela, c’est rien. T’es trop sensible. »

Rien de nouveau ici, encore et encore tout est question de langage et d’intentions.

Le plus nous utilisons de mots affirmatifs, positifs et constructifs, le mieux les enfants se sentent confiants et valeureux.

Les enfants se perçoivent et se jugent premièrement au travers du regard de leurs parents. Soyons donc sûrs que ce que nous reflétons sur eux est ce qu’ils ont de bon en eux.

Garantissons-leurs que, ce que nous voyons d’abord en eux, et inconditionnellement est le meilleur d’eux-mêmes. Rappelons-leurs leurs forces lorsqu’ils sont faibles, rappelons-leur bonté quand ils se sentent mal, ou se déprécient.

Soyons, nous adultes, des réflecteurs positifs pour nos enfants; que nous soyons parents, enseignants, éducateurs, ou quelconque professionnels en charge d’enfants.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires.

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MHM