Rachel de Finding Joy

Rachel de Finding Joy

En ce jour de Fête des Mères pour toutes les Mamans de France, j’ai eu une pensée pour celles qui dont la vie de Maman ressemble plus à combat journalier qu’à une tendre photo de bonheur maternel.

En parcourant les nombreux blogs de Mamans sur la toile, je suis tombée sur cette lettre d’une Maman comme une autre, élevant 3 petits garçons seule. Avec naturel, sincérité et humour, sans ambages, elle dévoile à quoi ressemble parfois sa réalité de mère. Sans complainte, juste pour le dire et que d’autres s’y retrouvent, elle partage cette lettre qui peut-être vous fera du bien, à vous aussi.

Traduite de l’anglais. 

L’autre jour mon amie me lance: « prends du plaisir avec tes enfants! « 

A quoi j’ai répondu: « je ne sais pas si je sais encore comment faire cela! ».

Juste de taper cela sur mon clavier me fait monter les larmes aux yeux.

Je sais comment être une maman sur occupée – je sais comment passer d’une urgence à l’autre, « il n’y a plus de papier toilette, et les enfants se battent, le détecteur de fumée ne fonctionne plus, et je ne retrouve plus ma feuille de compte que devait être rendue il y a 3 jours en urgence ». Je suis devenue maître dans la fabrication de déjeuners avec «3 fois rien » et trouver le cadeau de dernière minute pour l’anniversaire du voisin, tout en aidant à faire les devoirs qui devaient être fait le soir avant; mais maintenant il est 7:11 et nous devons partir à 7:18.

J’ai trouvé comment survivre à 3 heures de sommeil constamment interrompu par des  petits pieds dans mon visage, d’un de mes 3 petits bonhommes venu terminer sa nuit avec moi.

Je connais le chemin le plus rapide pour aller au café et ce, certains jours seulement, comme aujourd’hui où je peux me permettre de commander un double expresso avec une tonne de sucre et le boire brûlant car je n’ai pas plus de temps que cela.

J’ai décrété que faire mon lit n’était plus indispensable, mais qu’il valait par contre mieux que la cuisine soit toujours propre sans quoi, « ce serait le feu vert à toute la maisonnée que ce n’est pas un problème si tout le reste de la maison est en désordre ».

Je suis devenue Maître en l’art de compter jusqu’à 10, 10 fois de suite; technique pour garder mon calme et accepter ce qui est,  et  essayer de composer avec mon stress; ou encore d’écouter de la musique calme pour essayer de me détendre un peu ou de tenter la douche super longue pour avoir, peut-être 4 minutes de tranquillité sans entendre « Maaamaaan » puis gérer en douceur avec l’un des garçons qui a décidé de chiper le dernier paquet de chips et jeter le papier d’emballage dans son armoire derrière la boîte à lego.

La machine à laver peut me harceler encore tard……finalement ce n’est pas si grave, même si je dois rester éveillée jusqu’à 2 heures du mat, mais au moins,  « ces pantalons dont il a besoin demain matin seront lavés ».

Mais avoir du plaisir? Rire? Juste être une Maman heureuse? 

« Parfois j’ai peur d’avoir perdu ce sentiment dans le surmenage et le stress… »

Je vais essayer de jouer avec eux à leur jeu de carte préféré (CandyLand sorte de jeu de l’Oie) mais mon esprit va continuer à passer en revue « la liste de choses à faire, des choses qui auraient dû être faites mais que je ferai demain » . Alors quand ils vont mélanger les cartes en rigolant entre deux parties, moi je vais créer « une liste de choses à faire que j’ai oublié de faire mais qu’il va falloir que je fasse, que je n’ai pas vraiment envie de faire mais que je ne peux pas repousser plus longtemps… » 

Maman! C’est ton tour!! 

Et je vais me mettre à penser aux jouets qu’ils va falloir ranger et à ce que je pourrais bien préparer pour le dîner ou comment je pourrais cacher la carte qui ramène au départ de Candyland parce que sinon le jeu ne va jamais se terminer!!!  Ouiiii ça c’est une compétence maternelle : » parfaire l’art de ne pas revenir à la case départ de CandyLand »

OK c’est un peu fort mais

Ne vous méprenez pas, « j’aime mes enfants, je les aime, je les aime, je les adore. » 

Mais parfois je me sens coupable. Coupable de ne pas être plus présente, de ne pas rire plus, de ne pas m’amuser plus ou encore de faire toutes ces choses cool et marrantes que les enfants méritent de faire. Je me sens coupable de devoir travailler ou encore de leur dire: « donne moi juste encore 15 min pour terminer cela » et que ensuite, ces 15 minutes prennent 30 minutes et eux ont passé à autre chose. Ce sont toutes ces pressions de Maman dont on ne parle pas assez.

Je veux être une joyeuse Maman heureuse, 

Mais être une Maman c’est dur.

Je ne me plains pas. Vraiment. Je ne parle que de ces vérités, ces réalités avec lesquelles les mamans doivent jongler.

Comme samedi: j’ai passé au moins une heure, à faire des va-et-vients avec un petit bonhomme de 5 ans, de fort mauvaise humeur,  qui refusait catégoriquement de s’habiller. Ca paraît un problème simple n’est-ce pas? Du genre: « il existe un truc en 5 étapes pour résoudre ce genre de problème ». Oui, ben à ce moment précis, il n’y en avait pas!  Il y avait juste moi, essayant de comprendre pourquoi ça se passait comme cela et ensuite encore moi, me sentant coupable du genre, « je ne dois pas être une bonne mère parce que je me retrouve à batailler avec mon petit juste pour enfiler un sous-vêtement, un pantalon et  une chemise ». 

Où est-ce que le « bonheur d’être Maman» s’en est allé? 

Oû sont les parties de rigolades, les moments autour de la table à jouer à faire des flocons de neige avec des paillettes. Je pourrais bien m’asseoir à la table et faire des flocons de neige avec des paillettes avec eux. même que je prendrais du plaisir avec eux, sincèrement… mais à cet instant là, je pense juste à cette montagne qui m’attendra ensuite: nettoyer toutes ces paillettes partout…

Vous savez, ce que je crois, c’est que parfois, nous devons juste reconnaître qu’il y a des périodes de notre vie qui sont juste du labeur. Etre une mère est l’une de ces périodes. Spécialement la période  où ils ont tous moins de 5 ans.

Je me souviens comme c’était particulièrement difficile quand j’avais ces 3 petits bonhommes qui n’avaient aucun sens de l’espace, qui allaient  dans tous les sens, jetant à tout bout de champ des trucs à travers la pièce en manquant à tous les coups leur cible, de 3 mètres.

Juste parce que c’est laborieux,  nous perdons un peu de ce bonheur mais cela ne fait pas de nous une mauvaise mère. 

Je veux retrouver ce bonheur!

C’est pourquoi j’ai décidé de faire chaque jour une chose qui me fait plaisir, qui me rende heureuse. Une chose: c’est peut-être écouter la musique que j’aime, ou passer 30 minutes à regarder mon émission préférée, Peut-être c’est de faire le tri dans mes contacts Facebook en me débarrassant des gens qui me créent des angoisses ou encore ceux qui m’agacent.

Certainement  c’est de jouer avec mes enfants à leur jeu de cartes; je veux dire, vraiment vraiment jouer sans penser à la vaisselle qui doit être faite chaque fois que je dois passer mon tour.

UNE CHOSE

Je ne veux pas minimiser la pénibilité d’être Maman  et juste dire: « soyez simplement heureuses » parce que je sais que cela peut être très très dur parfois; au point qu’on se sente perdue dans son rôle de mère en vous demandant si vraiment, réellement vous créez une différence pour vos enfants et vous disant: « Mais qui suis-je dans ce monde, pourquoi ne suis-je pas heureuse alors que le reste du monde semble avoir compris comment l’être »

Parfois, oui parfois il est facile de se perdre, nous et notre bonheur, au milieu de ce parcours fou de plus de vingt ans de parentalité. 

Alors je veux vous dire: « vous n’êtes pas seule, chère et tendre Maman, si vous-vous êtes déjà sentie comme cela ». Ecoutez, je vous en prie écoutez. « Vous n’êtes pas la seule maman » qui ce soit trouvée au milieu de sa cuisine avec des enfants courant partout, une pile de vaisselle, une tonne de linge, et du bruit infernal; et vos larmes qui vous coulent silencieusement sur les joues en vous demandant : « mais où est passé le bonheur d’être Maman ». 

C’est normal. Vraiment. Je sais que ces moments font mal et qu’ils peuvent parfois vous donner l’envie  de tout laisser aller ou parfois juste d’avoir un break ou un câlin ou mieux encore…être aimée ou vous entendre dire que « vous êtes importante et que vous comptez ». 

Ecoutez…

Vous êtes une bonne Maman. Malgré tous ces moments. 

Peut-être devrions nous toutes se fixer un but cette année: « trouver une chose à faire pour être heureuse » un projet « Maman Heureuse » peut-être. Non pas construire sur des prétentions artificielles ou faire des trucs fous ou encore moins chercher à être parfaite.

Non, « quelque chose qui nous fait nous aimer nous-mêmes », en prenant un peu de temps pour nous-mêmes en apprenant à être dans le moment présent, et surtout lorsque nous sommes avec nos enfants.

Imaginez-vous…juste de savoir que le bonheur peut revenir et peut-être vous accorder le droit, au moins un moment, d’être heureuse.

-Rachel

www.findingjoy.net

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MHM