pause.danse

La Pause Danse !

Un bel exemple de Time In!

Nous en avons déjà parlé, les Time-Out ou les mises au coin sont inutiles, pas bienveillantes, sont même néfastes au bon développement affectif de l’enfant. **

Traverser les crises des petits sans s’énerver est bien souvent un challenge!

Les solutions? il en existe tout autant qu’il existe de familles. Chacun ses trucs!

Oui, être parent demande d’avoir des connaissances certes, mais ces connaissances là, quand les crises sont répétitives et que la tolérance au bruit est dans le rouge, les connaissances sont relayées bien loin derrière. Alors que reste-il? La créativité !

Tout comme les connaissances, la créativité demande un peu de calme pour s’exprimer. D’où l’intérêt d’avoir quelques trucs en poche pour les moments difficiles.

Le truc du jour est tout simple et original: LA PAUSE DANSE.

pausedanse

 

 

La maman explique: « chaque fois qu’une crise s’annonce intense, je crie: pause danse. On va alors tous dans la cuisine, on met la musique et on se met à danser. C’est incroyable comme on se sent tous mieux après cela : même moi, je réussis à baisser mon stress et mon énervement ».

La maman qui décrit cela raconte: « j’ai trouvé ce truc presque par hasard. Un jour alors que je n’arrivais plus à gérer la Xième crise de mes 2 petits,  je me suis isolée un moment à la cuisine avec l’idée de faire la vaisselle laissée. J’ai commencé par mettre la radio et il passait une de mes chansons favorites. Je me suis alors mise à danser.. Puis mes enfants tout naturellement sont venus à dans la cuisine; me voyant, ils se sont mis à danser aussi. Avant la fin de la chanson nous étions tous les 3 en train de danser et rigoler. Il n’en a pas fallu plus pour qu’on oublie nos frustrations. La joie et la bonne humeur était de retour. »

Un bel exemple où l’on voit comment les enfants copient les parents pour ajuster leurs comportements. Lorsqu’ils sont de mauvaise humeur, ou qu’ils traversent une turbulence émotionnelle qu’ils n’arrivent pas à gérer, notre énervement et agacement ne les aident malheureusement pas, car la réponse qu’ils reçoivent est «  regarde ta turbulence, à quoi elle ressemble »; en effet notre expression, qu’elle soit verbale (cris ou voix agacée) ou non-verbale (visage crispé, fâché) est la réponse qu’on leur propose et elle ressemble étrangement à ce qu’ils sont justement en train de faire et qui  nous agace.

L’expression joyeuse et enjouée de la Maman dansant dans la cuisine a suffit aux enfants, pour leur donner envie de la copier, et du même coup, changer d’émotion et de  comportement.

Cela ne marche pas à tous les coups et parfois ils continuent de rester renfrognés. Alors peut-être, à ce moment, l’enfant a-t-il besoin d’abord que nous reconnaissions son sentiment : « oh, je vois que tu es vraiment triste, plus que je le pensais; raconte-moi » ou « peut-être as-tu plus besoin d’un gros câlin »  ou « peut-être as-tu juste besoin d’être un peu fâché pour un moment .. ok d’accord, t’as le droit »

L’important étant de garder un visage ouvert, une voix positive.

Finalement c’est lui qui traverse la turbulence, pas nous.

Je le sais, et je le reconnais, dans le feu de l’action c’est pas si simple et c’est bien parce que nous traversons une turbulence émotionnelle aussi qu’il nous arrive de perdre patience.

La bonne nouvelle c’est que, d’en être conscient, rend les choses possibles.

** A RELIRE A CE SUJET

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MHM