Select Page

Faut-il s’excuser auprès des enfants et pourquoi?

Il est capital pour les parents comme pour les enfants de savoir présenter ses excuses à ses enfants, lorsque notre comportement n’était pas approprié à leur égard. 

En effet, outre bien sûr le rôle réparateur essentiel d’une excuse sincère, savoir présenter des excuses à ses enfants, leur enseigne 3 compétences fondamentales: 

  1. La prise de responsabilité de ses actions et réactions.
  2. La différenciation entre ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas.
  3. La capacité à trouver des solutions pour s’améliorer.

En tant que parents vous êtes avant tout humains: vos émotions ne sont pas toujours sous contrôle et parfois vous perdez votre patience comme n’importe qui. C’est alors qu’il peut arriver de crier ou de dire des choses que l’on regrette juste après.

A ce moment, il est important de savoir présenter ses excuses à ses enfants, comme nous demanderions qu’ils le fassent à leur tour en telle situation.

 

Voyons en 7 étapes comment présenter des excuses

1. Reconnaître ses sentiments, émotions et les assumer. 

C’est ok de se sentir frustré(e) ou agacé(e),  nous le répétons aux enfants presque tous les jours. 

Cependant il est important de se souvenir que c’est la façon dont on gère et répond à ces émotions, qui n’est pas toujours appropriée.

C’est n’est pas ok de claquer des portes, de crier ou de manifester rageusement.

Les enfants nous regardent et plus souvent qu’on l’imagine cela les effrayent. 

Les enfants modélisent nos comportements donc tentons de ne pas agir comme nous n’aimons pas qu’ils fassent. 

Préférons être conscients de l’émotion qui nous étreint avant de réagir en les nommant pour nous-mêmes et en choisissant de les gérer: 

« rrreughhh, ça m’énerve, je suis en colère, je suis blessé(e) de sa remarque etc » puis se répéter: 

« je peux gérer, je sais gérer, j’ai le contrôle sur moi-même, je n’ai pas besoin de crier »

 

2. Expliquer son émotion

Expliquez dans vos excuses pourquoi vous vous sentez comme vous vous sentez. Qu’est qui c’est passé, qui a déclenché votre réaction. 

ATTENTION : ce n’est pas une occasion pour blâmer l’enfant …

je suis désolée d’avoir crié, je me suis fait mal sur ton jouet,  mais cela ne serait pas arrivé si t’avais ramassé tes jouets comme je te l’avais demandé.” Ceci est un blâme, pas une excuse. 

Votre réaction vous appartient tout comme votre émotion. L’enfant n’est pas responsable ni de votre réaction, ni de l’émotion déclenchée. 

je suis désolée d’avoir crié, ce n’était pas juste. Je  me suis fait mal en marchant sur ton jouet et cela m’a mis(e) en colère. Ce n’était pas de ta faute ».

3. S’excuser pour la réaction et/ou le comportement

Décrire l’action inappropriée de votre part “excuse moi d’avoir claqué la porte, excuse-moi d’avoir jeté ton cahier sur la table de la sorte, excuse de t’avoir traité de…. ce n’était pas approprié

Ainsi l’enfant apprend à son tour, les comportements à éviter.

4. Reconnaître l’émotion de l’enfant

Signifier  à l’enfant que nous comprenons qu’il, elle été surprise, effrayé(e), blessé(e) par notre comportement. 

Si la réaction est liée à quelque chose que l’enfant a fait, ou pas fait, il est capital qu’il, elle entende que l’amour n’est pas strictement lié à sa capacité à remplir vos attentes. 

cela t’as fait peur que je m’énerve comme cela, je n’aurais pas dû te parler avec la grosse voix. Ce n’était pas parce que tu n’as pas brossé tes dents, c’était juste parce que j’étais énervé(e).  Je t’aime tout autant, même quand tu brosses pas les dents »

5. Exprimer à haute voix, comment éviter cela à l’avenir.

C’est une excellente façon d’enseigner à votre enfant comment on peut apprendre de ses erreurs et s’améliorer. 

Le plus spécifique vous êtes, le mieux vous pourrez effectivement le faire et votre enfant comprendra.

« Je ne veux plus te faire peur comme cela. La prochaine fois que je vois que je suis énervé(e) je vais serrer très fort les poings avant de réagir. Comme cela la colère sera déjà un peu partie »

6. Demander pardon

Tout simplement… “tu peux me pardonner?”

S’il, elle dit non, c’est que sa propre émotion est encore trop haute, pas parce que l’enfant ne vous aime plus, ou qu’il, elle cherche à garder le contrôle. 

Accepter et le verbaliser et le meilleur moyen de baisser la tension. 

Pourquoi ? parce qu’une émotion négative reconnue est à demi apaisée. 

« c’est ok, je comprends j’ai crié vraiment fort, ça te fait encore un peu mal. Tu me dis quand tu te sens mieux ok?« 

7. Concentrez vous sur les solutions.

Dès que les enfants sont assez grands pour avoir une discussion, proposez leur de discuter comment fixer le problème (de crier l’un sur l’autre par exemple). 

Ces 7 points mis bout à bout donnent ceci:

Cela m’a frustré(e) que tu ne sois pas prêt(e) pour partir à l’école, mais ce n’est pas une raison pour moi de déverser ma colère sur toi en criant. Je suis vraiment désolé(e) que j’aie crié.

 

Je suis sûr(e) cela t’as effrayé et que mes mots t’ont blessé. Je dois faire plus d’efforts pour utiliser ma voix calme même quand tu fais pas comme je demande; parce que je t’aime très fort, même quand tu fais pas de suite ce que je demande.

Je vais mettre des post it un peu partout dans la maison pour me le rappeler.

Tu peux me pardonner?

J’aimerais bien parler avec toi de comment on peut fixer ce problème de crier quand on est frustré. On pourra aussi discuter comment faire pour t’aider à te préparer à temps. 

 

 

C’est tout bénéfice pour toute la famille de savoir présenter des excuses aux enfants lorsqu’on  ne s’est pas exprimé avec respect et gentillesse.

Ces excuses ont un impact énorme sur le coeur de l’enfant qui se sent avoir une grande valeur.

Ces excuses ont également une puissance d’apprentissage absolument sous-estimée.

Apprendre à être responsable de ses actes et réactions est un joyaux que vous offrez à vos enfants pour sa vie entière.

Modéliser vaut mieux que tous les discours.

 

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MH

%d blogueurs aiment cette page :