Cet article est basé sur un un article du Dr Kevin L. Gyoerkoe, spécialiste à l’Institut du Traitement de l’Anxiété et Troubles Compulsifs, de Caroline du Nord, aux USA.

Les troubles anxieux chez les élèves âgés de 8 – 13 ans a augmenté de façon spectaculaire ces 15 dernières années.

Les enfants se plaignent de

  • maux de ventre
  • de nausées
  • de maux de tête
  • se sentir pas bien (sans savoir expliqué quoi)

et présentent des comportements comme

  • irritabilité – hyper sensibilité
  • fatigue – difficulté à s’endormir
  • difficulté à se concentrer – excès de travail extra scolaire (devoirs)

EXEMPLE : Léonore, 12 ans, présente plusieurs de ces troubles anxieux depuis la rentrée scolaire.

Léonore se présente comme une enfant peu sûre d’elle, les cheveux cachant son visage, la voix à peine audible, jouant avec ses doigts, laissant penser à un stress intérieur assez intense.

Lors de l’entretien, après avoir parlé de ses loisirs pour détendre un peu l’atmosphère, Léonore fond en larmes lorsque le psychologue en vient au sujet de l’école et des notes.

Je sens que je dois être parfaite. Je sens que je dois faire que des A.

J’étudie tout le temps et je ne sais pas m’arrêter, je suis tellement plus lente que toutes mes copines pour faire mes devoirs. Et si je fais un B, je panique totalement.

La Maman de dire

« je ne sais pas d’où elle a cela. Nous ne mettons jamais de pression, nous n’avons pas d’attentes sur ses résultats. nous sommes des parents plutôt relax. Tout ce que nous lui disons est : fais de ton mieux ».

Lorsque les enfants sont stressés de faire de bons résultats, nous pensons souvent que derrière il y a des parents eux-mêmes anxieux, ou exigeants, ou encore pratiquant une éducation basée sur le résultat, l’effort et la discipline .

Mais dans ce cas il n’est rien. La Maman de Léonore est très détendue, douce avec sa fille et plutôt sereine face à la situation présente (être au cabinet du spécialiste avec sa fille).

Donc la question qui surgit ici est:

Est ce que une phrase aussi anodine et très faible en terme d’attentes comme « fais juste de ton mieux » pourrait justement devenir un déclencheur d’anxiété?

CELA CREE DE L’ INCERTITUDE

Le problème avec le bien intentionné « fais de ton mieux », c’est que c’est trop vague. Comment savoir quand on a fait de son mieux. Il n’y a aucun moyen de mesurer un objectif ni de mesurer un progrès. Donc l’enfant est laissé dans l’incertitude.

L’INCERTITUDE CREE DE L ANXIETE

l’incertitude est un facteur connu de l’anxiété. C’est fréquent que le moins nous avons de certitudes concernant quelque chose, le plus nous nous sentons anxieux par rapport à cette chose.

L’ANXIETE ENGENDRE DES PROJECTIONS  NEGATIVES

Quand des choses négatives se produisent il est naturel de tenter d’expliquer pourquoi. Si la consigne sur une tâche est de « faire de son mieux » et qu’on n’obtient un résultat médiocre ou pas suffisant, n’ayant aucun paramètre pour expliquer le résultat, on va se blâmer, ou s’auto-juger comme incompétent dans une certaine mesure.

Quand cela se répète, on ressent un sentiment d’échec ou d’impuissance, ce qui sur la longueur. pourrait résulter en une baisse des efforts et de résilience.

Alors comme  le « fais de ton mieux » finalement n’aide pas votre enfant, ou pire, renforce son anxiété, essayez ces 3 ETAPES:

 

1. SOYEZ SPECIFIQUE

 Au lieu d’un vague « fais de ton mieux » aidez votre enfant à fixer des objectifs clairs, concrets et raisonnables. Cela aidera à baisser l’anxiété, et à développer des bonnes habitudes de travail. 

Si les objectifs ne sont pas atteints, alors en reposer d’autres plus adaptés, plus graduels peut-être.

Exemple: Si votre enfant a des devoirs de géographie par exemple: objectifs du jour: connaître 6/20  noms de pays et ses capitales: puis 6 autres le surlendemain

 2. METTEZ L ACCENT SUR CE QUE VOTRE ENFANT CONNAÎT

Paradoxalement il semble que mettre l’accent  sur ce qu’on sait le mieux faire, baisse le niveau d’angoisse.

La tendance est d’encourager l’enfant à se concentrer là où il a le plus de peine. Donc a plus valoriser un accomplissement pour quelque chose de difficile et que quelque chose qu’il, elle maîtrise.

L’alternative: si votre enfant est bon en langues étrangères par exemple, cela lui prendra que peu de temps pour mémoriser les nouveaux mots de vocabulaire

Une fois cet objectif atteint, notez le comme « mission accomplie » avec le même enthousiasme, quelque soit la dose d’effort qu’il, elle a dû fournir, sans s’attarder à savoir s’il a fait de son mieux. 

Quand il vient le moment des devoirs, commencer par ce qu’on maîtrise donne de la confiance   et donc augmente la motivation.

Le point ici est : valorisez la poursuite d’objectifs quelque soit la dose d’effort produite.

3. ENSEIGNEZ LA RESOLUTION DE PROBLEME

La prochaine fois que votre enfant rentre avec une mauvaise note ou un sentiment d’échec quelconque, au lieu de lui demander s’il a fait de son mieux, demandez lui

«  de quoi aurais tu besoin pour faire mieux la prochaine fois? »

Considérer l’échec comme une opportunité d’apprendre ce qui semble ne pas avoir été acquis.

C’est aussi une façon de relativiser: tu n’as pas échoué, il y a des choses que tu n’avais pas encore bien appris. L’objectif du jour: apprendre ces choses là.

Quand cela est possible tentez de voir avec l’enfant quelles sont ses habitudes de travail et lesquelles favorisent l’atteinte des objectifs.

L’environnement: où se sent-il, elle le mieux pour faire ses devoirs? avec où sans musique etc.

Planification : faire une liste avec des cases à cocher, plan de semaine etc. Tout ce qui rend ses progressions visibles.

Le timing: à quel moment de la journée, combien de temps à la fois, (toujours se souvenir que les devoirs c’est comme du boulot qu’on aurait amené à la maison après une journée de travail….c’est parfois la goutte de trop)

L’auto-évaluation: leur donner la possibilité d’auto-évaluer concrètement leurs méthodes de travail:

« si je répète mes mots de vocabulaire 3 fois par semaine je vois que c’est suffisant pour me souvenir. Une 4ème me rassure « .

La méthode de travail détermine beaucoup plus la probabilité de réussite que l’effort

Une bonne méthode de travail permet de baisser le stress,  favorise les apprentissages en profondeur et la mémorisation à long terme.

Qui se souvient après 3 jours des 60 mots de vocabulaire appris en 3 heures de travail intensif le jour avant le test?

 

CONCLUSIONS

Même si vous pensez lever la pression, dire « fais de ton mieux » à votre enfant, génère en fait de l’anxiété.

Préférez lui dire quelque chose de plus spécifique, qui le guide dans le « comment faire » pour se sentir mieux et gérer les attentes de l’école. 

Enseignez lui des méthodes qui permettent de 

Baisser l’anxiété

Construire une bonne estime de soi

Développer de nouvelles compétences

Votre enfant en profitera pleinement en développant des outils concrets qui lui assureront le succès dans ses projets tout le long de sa vie.

Ces outils l’aideront à se sentir moins anxieux dans un système scolaire basé sur la performance

Note complémentaire: 

il existe plein de ces petites phrases anodines que l’on dit en toute bonne fois mais qui n’aident pas nos enfants à grandir harmonieusement. 

Vous trouverez 25 d’entre elles dans ce petit guide avec des exemples d’alternatives. 

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MH

Recevez La NewsLetter des Membres
1X/ mois recevez des articles inédits
✉︎Vos informations restent confidentielles