Je vois très souvent ce type de questionnement sur les groupes traitant de la parentalité bienveillante.

Cela me brise un peu le coeur de voir que tant de parents, tellement soucieux de faire « juste », en perdent leur confiance en eux et leur spontanéité. 

Les courants éducatifs sont le résultat d’observations faîtes sur les générations précédentes et sur les nouvelles découvertes en matière de développement de l’enfant.

L’éducation bienveillante, en tant que « nouveau courant » est née de nouvelles découvertes en matière de neuropsychologie, de nouvelles compréhensions du fonctionnement du cerveau de l’enfant.

Je suis très heureuse de ces évolutions, de ces prises de conscience qui permettent aux adultes (parents, enseignants, éducateurs etc…) de traiter l’enfant avec plus de justesse, de communiquer avec eux de façon plus appropriée que ce que nous avons l’habitude de faire.

Il y a encore beaucoup de progrès à faire, mais nous devons aussi être patients et bienveillants avec nous-mêmes et avec notre génération et celles qui nous ont précédés.

Les changements prennent du temps.

Aujourd’hui je souhaite dire un mot à tous ces jeunes parents qui, du fond du coeur désirent offrir le meilleur environnement possible à leurs enfants:

Etre bienveillant n’est pas un ensemble de techniques, ni un lexique de phrases et mots idéaux à dire ou ne pas dire.

La bienveillance est une attitude générale qui consiste à considérer l’Autre dans ce qu’il est sans jugement.

Etre un parent bienveillant c’est être un parent qui prend le temps de considérer l’enfant pour ce qu’il est, là où il est,  qui prend le temps d’essayer de comprendre ce que l’enfant communique, plutôt que d’essayer de faire passer sa propre volonté, quoiqu’il en coûte.

Etre un parent bienveillant c’ est être un parent qui s’efforce, au delà de ses propres besoins, d’offrir un espace de mouvements et de communication à l’enfant qui lui permette d’acquérir ce dont il a besoin pour devenir à son tour un être indépendant, et capable de faire des choix positifs pour lui-même.

Il y a bien plus de logique que de théorie dans l’approche bienveillante. Bien plus d’observation  que de réactions.

Il y a bien plus de coeur que de réflexion.

Il ne viendrait à l’idée d’aucun parent de dire à nourrisson qui a faim, « va chercher ton biberon je vais te nourrir« .

Et pourtant dès que l’enfant se met debout et commence à gagner en liberté de mouvement, il semble que l’on perde un peu de bon sens.

La réalité c’est que ce petit bout d’un coup d’un seul nous met en situation de non-contrôle. Et nous n’aimons pas cela.

Alors on tente de garder ce contrôle. « C’est quand même pas ce petit bout de moins d’un mètre de haut qui va diriger ma vie…. »

On se met alors à imaginer ça et là, que ce petit bout de nous-mêmes comprend nos besoins, nos attentes, nos réalités….

Alors oui c’est important de se rappeler sans cesse que l’enfant a besoin d’environ 25 ans pour acquérir l’entier des compétences de penser et agir par eux-mêmes et pour eux-mêmes. 

Mais ne tombons pas dans l’extrême de remettre en question chaque geste chaque parole.

Alors comment savoir si je commets une violence éducative…?

Il y a violence lorsque nos mots, nos gestes, nos réactions blessent, effrayent, rejettent, humilient, choquent, troublent, bloquent,…

Il y a violence éducative lorsque nos mots, nos gestes, nos réactions, par leur répétition, empêchent l’enfant d’apprendre de façon permanente, à son tour, de nouveaux comportements appropriés.

 

Il y a violence éducative lorsque nos mots, nos gestes, nos réactions, par leur répétition, mettent l’enfant en situation de dépendance et de soumission plutôt qu’en situation de pouvoir sur lui-même.

Je veux dire pouvoir de devenir un libre penseur et un être auto-discipliné.

Il n’existe pas de parents parfaits. Il n’existe pas non plus de « méthode d’éducation » parfaite qui ferait de vous un parent idéal.

Par contre vous pouvez vous accorder le droit d’être imparfaits tout en vous rappelant que vous possédez les compétences naturelles d’être le meilleur parent du monde de vos enfants.

Peut-être la bienveillance commence-t-elle par soi-même…

 

L’EQUILIBRE FAMILIAL EST A LA PORTEE DE TOUS

MH