Select Page

Au rythme de l’évolution de la femme dans la société et de sa place dans le monde du travail, la place et le rôle du père ont changé au cours de ces dernières décennies.

Jusqu’à la fin du XXème siècle en Occident, le rôle du père est principalement d’incarner la loi. Garant du cadre familial, il est dévolu à enseigner à l’ensemble de sa famille les règles de vie interne(famille) et externe (société); ainsi la maman peut utiliser la “menace de la sanction paternelle” face l’enfant récalcitrant, même en l’absence du père. Le père représente donc l’autorité.

ado

Ce schéma traditionnel laisse ainsi la place soignante, affective et attentive à la maman. 

Au fur et à mesure que la maman s’absente du foyer familial essentiellement pour aller travailler, mais également pour entretenir sa vie sociale (formation, sport, activités diverses) les rôles s’équilibrent pour aller vers un partage des tâches et des responsabilités; on parle aujourd’hui de co-parentalité.

Cette forme de co-parentalité se renforce avec l’augmentation des familles séparées et/ou recomposées.

Qu’est ce que cette évolution à modifié dans la place des pères? 

  • Les Papas se voient plus investis dès la toute petite enfance dans la prise en charge de bébé.
  • Les Papas s’accordent le droit d’exprimer leur tendresse et leur affection à leurs petits notamment en ayant plus de moments clefs avec eux: préparer et donner le repas, donner le bain, habiller, raconter des histoires, faire les rituels de coucher, aller faire les courses sans Maman, aller jouer dehors, partager le jeu des enfants (pas seulement les jeux vidéos! ).
  • Les Papas sont présents dans l’ensemble du développement de l’enfant, tout au long de sa vie.
  • Les Papas apportent une alternative à la relation fusionnelle maman-enfant
  • Le Papa cependant reste image d’autorité et normative.

Cette évolution est réellement bénéfique pour tous, les enfants, le couple et l’équilibre familial.

Cependant l’adaptation aux nouveaux modèles familiaux demande du temps; de fait il reste beaucoup de manque de confiance sur “L’Art parternel de s’occuper des enfants”.

Il est incontestable que les papas ont une autre façon de faire qui laisse souvent les mamans au mieux perplexes, au pire inquiètes.

Alors comment faire pour d’une part favoriser et d’autre part faire confiance en les compétences éducatives et affectives des papas.

  • Reconnaître le bien-être des enfants lorsqu’ils passent du temps avec leur Papa
  • Reconnaître leur Art basé plus sur la débrouillardise et la spontanéité que sur la technique gestuelle et l’anticipation.
  • Reconnaître le plus qu’ils apportent notamment en matière de prise de risque, d’exploration, et d’esprit d’aventure au détriment d’une conduite sécuritaire de tous les instants. Sans s’en rendre compte, cela apporte aux enfants des capacités d’adaptation et d’autonomie que, la surveillance bienveillante mais parfois trop prévoyante de la Maman, freine un peu.
  • Laisser certaines tâches et certains moments du quotidien, préférentiellement au Papa Exple:  donner les soins du soir ou du matin (repas, habillement, préparation pour l’école ou l’accueil, devoirs, bains, mise au lit), organiser le samedi matin, faire les courses du weekend,  (laissant Maman un peu tranquille en matinée), ritualiser certaines plages de jeu dans la semaine etc.
  • Reconnaître que si les modèles maternels sont vieux comme le monde, les nouveaux modèles paternels viennent d’éclorent et donc ont besoin de temps pour se parfaire et devenir plus naturels et donc mieux exercés aussi.
  • Lâcher prise et profiter de ce partage des tâches éducatives pour se ressourcer, plutôt que de se faire du souci et donc de superviser.
  • Reconnaître que les Papas sont tout autant capables d’éduquer, de donner de l’attention et de l’affection que les Mamans.
  • Reconnaître que les Papas sont tout aussi responsables du bien-être physique, émotionnel et de l’apport affectif nécessaire au bon développement de leurs enfants, que les Mamans.

Dans leurs différences physiques, éducationnelles, émotionnelles, mentales, liées au fait qu’ils sont issus de familles différentes, d’histoires de vie différentes, de background différents, les parents sont des ressources différenciées très bénéfiques pour le développement de l’enfant. 

De fait aucune de ces ressources doit être privilégiée au détriment d’une autre. 

C’est bien en matière de diversité de valeurs, de points de vue, de façons de faire et de savoir-être que la co-parentalité est un réel plus pour la génération actuelle; cependant l’équilibre dans le couple face à ces différences demande beaucoup de communication, de partage et de tolérance. L’idéal serait d’en parler avant l’arrivée des enfants afin d’être un peu préparé à réagir et à se positionner au moment de la réalité de l’éducation. Il est bien moins simple qu’il n’y paraît de se situer dans de nouvelle configurations. Ainsi les pères se sentent bien souvent perdus entre ce “nouveau” droit à être des Papas soignants et le rôle d’autorité et normatif qu’ils continuent d’endosser. De leur côté, les Mamans présentent parfois des comportements ambivalents voire contradictoires dans leurs attentes face au père de leurs enfants: « Qu’il participe à l’éducation oui! de cette façon non! Qu’il soit gentil et tendre oui! mais qu’il reste ferme et sévère aussi!

L’égalité dans les rôles parentaux est finalement loin d’être acquise et peut-être même pas entièrement acceptée et souhaitée, tant les croyances et les valeurs en la matière sont ancrées profondément dans l’inconscient collectif. Mêmes  certains psychologues s’en mêlent, décriant ces façons d’être « père-soignant-sensible-attentif-pas assez directif » qui priveraient peu à peu les enfants d’une image d’autorité normative; selon ces propos cette absence serait une des causes de la perte de repères chez les adolescents d’aujourd’hui.

De mon point de vue, penser comme cela ne mène nul part. S’il est primordial pour les enfants qu’ils soient aimés, encouragés, guidés ET qu’ils apprennent les règles de vie qui leur permettent de vivre de manière autonome et adaptée, il est bien moins important de savoir de qui ils ont reçu quoi. Les parents sont avant tout des êtres humains dotés de points forts et de vulnérabilité avec une même vocation: celle d’aimer de faire le mieux pour leurs enfants.  

L’art d’éduquer ses enfants ensemble est entre autre la capacité d’utiliser toutes les compétences parentales présentes, indépendamment du sexe, de la culture, du milieu social ou encore du niveau économique. Ainsi, si un papa est plus doué pour les soins et une maman plus encline à faire respecter le cadre, l’important c’est que l’un et l’autre mettent ses compétences au service de l’éducation des enfants plutôt que de chercher à être dans le rôle (socialement) attendu. Ou pire de se reprocher mutuellement de ne pas correspondre à l’attitude attendue. 

De prochains articles traiteront des situations problématiques, tout en essayant de proposer des solutions.

Pour en lire plus sur le sujet: 

Article Planet Verbaudet: Nouveaux pères comment trouver ses repères.

Article dans Slate:  Les nouveaux pères ne sont pas des gens fabuleux

Article dans Psychologie: Les nouveaux pères sont-ils trp mères?

%d blogueurs aiment cette page :