Faut-il laisser sortir nos jeunes ados?!

Faut-il laisser sortir nos jeunes ados?!

ado-sortie

Les weekends prolongés de mai et juin sont des occasions idéales pour les jeunes adolescents (12-15 ans) pour organiser ou participer à leur première sortie « tardive ».

Pour les parents qui sont confrontés pour la 1ère fois à cette demande, c’est souvent un grand dilemme.

Entre l’envie de faire plaisir à son « bébé » devenu « grand », l’angoisse d’envoyer le dit « bébé » dans la gueule d’un loup (appelé  tour à tour: alcool, marijuana, drague, sexe ou encore …? vous avez certainement plein d’autres noms! ), l’envie de ne PAS passer pour un parent ringard, la prise de tête pour trouver LA raison indiscutable de dire NON, certains parents passent un très mauvais moment face à cette demande qui n’a en soit rien d’exceptionnel. 

Alors comment faire pour 

  1. prendre une décision qui vous convienne
  2. la transmettre
  3. la faire respecter
  4. passer une bonne soirée, quelque soit la décision

Je vous propose de

  1. Discuter avec votre conjoint, si possible quelques années avant … de l’âge qui vous paraît raisonnable pour sortir avec ses amis, le soir, sans surveillance parentale ( ce qui ne veut pas dire sans surveillance adulte, obligatoire jusqu’à 16 ans). Confronter vos points de vue, vos raisons et trouvez un consensus. Si vous l’avez pas fait et que votre rejeton attend sa réponse alors que vous êtes en train de lire cet article … ou que vous n’avez pas de conjoint, passez au point 2.
  2. Accueillez la demande de votre jeune pré-ado avec intérêt: demandez lui d’expliquer clairement. Où, avec qui, à quelle heure, dans quel cadre, son implication dans l’organisation de cette fête. Etc. C’est pas tant pour faire l’inspecteur mais plus pour vous donner le temps d’observer votre fille, votre fils. Est-il, est-elle à l’aise, essaye-t-il d’en rajouter pour vous convaincre etc..
  3. Si votre réponse est claire d’entrée, énoncer la avec assurance. Ne la rediscutez pas. 
  4. Le mieux est de demander un temps de réflexion. Premièrement parce que 8/10 fois on en a besoin et deuxièmement parce que c’est bon pour l’ado en devenir d’apprendre que les réponses à des requêtes spéciales ont un délai de réponse un peu plus long que : maintenant immédiatement tout de suite.  (pensez bien qu’ils prennent aussi le temps de trouver la façon idéale de vous faire leur requête)
  5. Préparez clairement dans votre esprit le cadre que vous désirez fixer; c’est-à-dire le moyen d’y aller ou de revenir, la personne avec qui vous souhaitez qu’il, elle s’y rende, les limites d’habillement (attention particulière aux jeunes filles), le comportement attendu face à l’alcool, la fumée  (interdits jusque’à 16 ans) et autres produits illicites. Et bien sûr l’heure de rentrée. Pour la 1ère sortie je déconseille la négociation. Fixez l’heure vous-mêmes et imposez la.*  Plus vous êtes au clair avec vous-mêmes, et convaincus de votre positionnement, plus vous serez clair et serein en l’annonçant.
  6. Commencez par dire que c’est oui, et que ça vous fait plaisir qu’il puisse aller à sa première sortie. Partagez sa joie! Evitez le MAIS qui, en principe, suit le ok.  Le mais introduit un sentiment négatif; vous passez de trop cool à restrictif sans transition. Préférez lui dire que vous aussi. vous avez quelques attentes… : exemple: je te rappelle que l’alcool et la cigarette sont interdits jusqu’à 16 ans. Je sais que tu respectes ces règles et je suis déjà fier de penser que tu vas les respecter dans ce cadre là aussi. Pression positive. Cela ne veut pas dire qu’il, elle n’essayera pas si l’occasion se présente, mais il, elle pensera à vous et à vos paroles en le faisant, au lieu de penser à comment le cacher le moment venu.
  7. Fixez et avertissez-les des conséquences auxquelles ils s’exposent si d’aventure ils devaient ne pas respecter le cadre.

Une fois que tout est dit:

  • ne revenez pas sur vos dires.
  • Evitez également toute pression inutile du genre… « je me demande si j’ai bien fait de te dire oui », ou encore s’il,elle, vous énerve entre temps « bonjour la reconnaissance… moi je t’autorise à sortir et c’est comme cela que tu me remercies? »
  • Evitez tout chantage genre: « si tu continues, tu pourras dire dommage à ta sortie de ce weekend. » Il est préférable de traiter chaque situation de suite et séparément. Le jeune ne fait pas de lien entre ses comportements du moment et les évènements futurs. Il ne comprendra donc pas pourquoi vous revenez sur votre décision si ce n’est pas pour des raisons graves. Ou c’est que vous avez dit oui alors que le comportement de votre enfant était déjà tel, qu’ une sortie de ce genre n’était ni appropriée, ni cohérente.

Le soir venu: évitez de lui tourner autour jusqu’à ce qu’il, elle soit dehors..etc. Vous avez décidé qu’il,elle était assez grand pour sortir alors considérez le, la comme tel(le): autonome!

  • Evitez de l’appeler sur son portable ou de lui écrire des sms toutes les demi-heures. Vous prenez le risque de le pousser à boucler son téléphone ce qui n’arrangera rien à votre stress…
  • Faites quelque chose pour vous durant les 2-3 heures où votre bébé est dehors…
  • Pensez positivement! Une catastrophe a 100% plus de chance d’arriver quand on y pense intensivement.
  • Pour les plus jeunes allez les chercher à l’heure prévue.

P.S : les sorties des moins de 16 ans font l’objet d’une réglementation du Code civil suisse.

* http://www.genevefamille.ch/N117330/nos-ados-et-la-loi.html

Lire également: Les teens party posté sur la page FB

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ou à poser vos questions. J’y répondrai avec plaisir.

MHM